La coopération culturelle

Depuis la découverte de la Perse par les milieux cultivés français à travers les récits de voyage de Chardin au 17ème siècle, la France et l’Iran ont un long passé d’échanges culturels. La richesse du patrimoine et de la création contemporaine en Iran favorise aujourd’hui des contacts extrêmement riches et diversifiés entre artistes et professionnels des deux pays, en particulier dans les domaines du théâtre, des arts plastiques, de l’architecture, de la musique ainsi que du cinéma.

Dans le domaine culturel, l’action de l’Ambassade, via le Service de Coopération et d’Action culturelle, vise donc à :

-  apporter informations et conseils sur les scènes culturelles en France et en Iran,
-  contribuer à la présence de la scène artistique et intellectuelle française en Iran, notamment via la participation française à des festivals iraniens prescripteurs (Fajr musique, Fajr théâtre, festival Cinéma Vérité…)
-  accompagner la découverte en France de nouveaux talents iraniens,
-  favoriser les projets communs entre des artistes français et des artistes iraniens, notamment en favorisant les résidences artistiques et contribuant au développement de relations structurantes et pérennes entre institutions culturelles.

En France, plusieurs institutions ont présenté dans un passé récent ou programment régulièrement des productions ou artistes venant d’Iran. Ainsi à Paris, le Théâtre de la Ville programme chaque saison des chanteurs et formations musicales ; « Paris photo » accueille des galeries de Téhéran. Le festival de Cannes a joué depuis le début des années 90 un rôle important dans la consécration internationale de plusieurs de grands réalisateurs iraniens. Récemment, l’exposition Unedited History, consacrée à l’art iranien contemporain au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, la rétrospective des œuvres de Shadi Ghadirian à Lyon, la présentation des œuvres de Amir Reza Koohestani en France … attestent du grand intérêt manifesté en France pour la création contemporaine iranienne.

L’année 2016 a débuté avec la présence d’une troupe française de théâtre, Label brut, à la 34ème édition du festival culturel Fajr, l’évènement culturel le plus important de l’année, avec le soutien de l’Ambassade et de l’Institut français de Téhéran.

En musique, le festival Fajr a accueilli en 2016 l’immense jazzman Aldo Romano, accompagné de Charles Simon Caratini, Placido Rubino et Thomas Bramerie.

En avril 2016, le service culturel de l’ambassade et la Cinémathèque du musée d’art contemporain de Téhéran ont convenu de l’organisation d’une semaine de cinéma français sur les héritiers de la nouvelle vague. La programmation a été confiée à Jean-Michel Frodon, ancien directeur de la rédaction des Cahiers du Cinéma.

Parallèlement, la France est invitée d’honneur au Festival Fajr Cinéma international fin avril 2016 et sera au cœur du festival du Film vert en mai 2016.

Dans le domaine du livre et de l’écrit, depuis 26 ans, les Programmes d’aide à la publication de l’Institut français à Paris ont contribué à la traduction et à la publication de plus de 20 000 titres d’auteurs français et francophones dans 75 pays. Ces programmes bénéficient aux éditeurs étrangers désireux d’ouvrir leur catalogue à des textes d’auteurs francophones via la traduction.

Chaque année, les éditeurs iraniens peuvent déposer leurs dossiers sur le site de l’Institut Français, par l’intermédiaire du service culturel de l’ambassade de France en Iran, pour pouvoir bénéficier d’une aide à la cession de droits. En 2016, deux ouvrages de Michel Foucault et quatre livres pour enfants ont déjà bénéficié de ce programme.

Au cœur de la relation franco-iranienne, l’Institut français de Recherche en Iran publie par ailleurs régulièrement des ouvrages de recherche, en français et en persan essentiellement, dans le cadre notamment de la prestigieuse Bibliothèque iranienne. Il dispose également d’une remarquable bibliothèque de recherche.

Le Centre de Langues de Téhéran (Institut français), bénéficie également d’une très belle et riche médiathèque

La Francophonie est célébrée en Iran au travers des actions suivantes : concours de la Francophonie 2016, festival de théâtre francophone organisé par l’université de Téhéran, entre autres.

En matière de coopération muséale et archéologique, la France dispose d’un long passé de recherches archéologiques en Iran : Jacques de Morgan, fondateur de la « Délégation archéologique en Perse » (1897), André Godard, qui a notamment construit, dans un style néo-sassanide, le premier musée archéologique en Iran (1937), ou Jean Perrot (mort en 2012), dont les travaux sur le palais de Darius à Suse ont acquis une renommée internationale, sont connus de tous.

Le musée du Louvre, qui a signé en janvier 2016 un accord de coopération avec l’Iran, dans le cadre de la visite du Président Rohani en France, prévoit de nouvelles initiatives, dans le domaine de la formation comme dans celui d’expositions, en France et en Iran, le Président du Louvre s’étant rendu en avril 2016 en Iran pour engager ces nouveaux projets.

Deux missions archéologiques franco-iraniennes sont par ailleurs en cours : le programme Pélaoanthropologique franco-iranien, sous la direction de Gilles Bérillon, Hamed Vahdati Nasab et Asgar Asgari Khaneghah d’une part et la mission archéologique Shiraz (Pasargades), sous la direction de Sébastien Gondet et Kourosh Muhammadkhani. Une troisième mission franco-iranienne devrait voir le jour en 2016, à Bam.

Dernière modification : 19/10/2016

Haut de page